Opération « No déchets »

Publié le 16 Novembre 2011

A l’issue de cette semaine du 24 au 27 novembre Place de l'Agora à Evry,  la campagne « No déchets » organisée par le Conseil Général de l’Essonne a  pu interpeller les consciences, grâce à l’exposition sur la réduction des déchets, pour chasser toutes idées préconçues ancrées dans nos têtes et faire évoluer nos modes de vie au quotidien et à l’échelle individuelle.

 

Le Conseil Général s’empresse de nous communiquer l’une des principales actions politiques intégrée à l’Agenda 21 : l’exposition se découpe en plusieurs stands instructifs avec en leur sein des citoyens de bonnes volontés aux convictions engagées.

 

DSCN1798.JPG

 

La première idée est de s’attaquer à la réduction des déchets afin de préserver les ressources qui ne sont pas éternelles. Il ne faut pas bafouer et faire le sourd et l’aveugle face à une planète qui est exploitée par l’homme en ses quatre coins. L’engagement citoyen commence par soi-même, en apprenant et agissant en état de cause pour réduire la quantité de nos déchets, qui pour la plupart, ne sont pas recyclabes. Il est bien de penser que si nous ne voulons pas vivre sur une poubelle, la meilleure manière de préserver la nature est de concilier geste et conscience écologique. En parlant d’écologie, en 1970, la plupart des gens pensait que ce groupe était utopiste, trop alarmiste, qu’il n’était qu’un résidu du mouvement hippie ; il pouvait y avoir un certain mépris à leur égard pensant ce mouvement comme allant à l’encontre du progrès, de la science et de la technique. Aujourd’hui, on tente de mêler tout cela à la fois, la création d’entreprise et le progrès technique avec une sensibilisation au respect de l’environnement ; faire du profit en polluant moins ou differamment. Mais le progrès, n’est-ce pas de changer l’orientation de la feuille de route lorsque l’on se rend compte de nos erreurs ?

 

Les méthodes de commerce pour attirer le consommateur restent les mêmes malgré une évolution dans le choix des produits.

 

Le produit évolue-t-il en fonction des demandes ou bien est-ce l’offre qui fait évoluer les consommateurs ? Sans doute un peu des deux. Ne nous fions pas à la couleur de nos emballages, elle attire l’œil mais ne nous indique rien de véritablement semblable sur son contenu. Pour avoir une meilleure consommation, l’acte écologique se fait avant même de payer le produit, de le consommer et de le déposer au tri collectif. Une des mesures que nous propose le Conseil Général est d’éviter d’acheter tout produit avec un emballage superflu, puisque cela permettrait ainsi une certaine réduction des quantités lors du tri. Privilégier les achats de produits au format familial plutôt que les formats individuels. Le prix de ce dernier au kilo est en outre superieur au format plus gros. Ces conseils sont préconisés par les membres de l’association de consommateur CLCV (Consommateur, Logement et Cadre de Vie) qui animent le stand.

 

DSCN1800.JPG

 

La SEE (Société des Eaux en Essonne) nous a honoré de sa présence avec un stand pour le moins attractif et ludique. Le but du jeu étant de reconnaître l’eau de ville à l’eau de source ou à l’eau minérale, un bar étonnant ! Derrière cette expérience qui peut faire sourire se cache un vrai message, l’eau du robinet coûte 1 euro alors que son équivalent en bouteille coûte 100 euros par an ! En outre, le risque de consommation de l’eau est localisée, les études sont strictes, la consommation est interdite si 1 personne sur 1000 pendant 80 ans a des problèmes de santé. Pour couronner le tout, la bouteille est un polluant à lui tout seul et chaque année, ce sont des montagnes de bouteilles qui doivent être recyclées. La réglementation sur la filtration de l’eau de Seine que nous buvons est plus stricte que certaines règlementations des eaux en bouteilles. Dans ce cas, pas de crainte, l’eau du robinet est non seulement bonne mais aussi économique, raison de plus de la consommer pour se désaltérer.

 

DSCN1796

 

Faire des économies en étant écologique devrait convaincre les consommateurs excessifs.

 

Un stand particulièrement humain avec l’association coup de pouce est mise en place au départ pour les habitants du Parc aux Lièvres souhaitant apprendre grâce à des intervenants extérieurs la couture liée à la mode, la cuisine et la musique. Des femmes animées par la motivation et la joie de leur travail me montrent les reprises faites sur les vêtements troués qui deviennent coquets ; elles exposent leur inventivité par ces minitieux sacs en tissus, bigarrés et usuels, qui ont repris vie grâce aux mains agiles et délicates de nos passionnées. Fières de leur travail, l’idée est de nous montrer que tout peut être récupéré, redessiné et retravaillé pour faire naître une nouveauté. Faites vos dons !

 

DSCN1794.JPG

 

Ce fut la première année que le Conseil Général  a décidé de faire une exposition en ces lieux, nous espérons que cette initiative sera réitérée, nous serons alors les premiers à être sur les lieux l'année prochaine.

 

Retrouvez l'article sur Essonne Info en cliquant ici : link

 

Fanny Veysset

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :